Madame Aline Deland– Lauréate du prix Artisan de la Fête nationale

Prix Artisan 2012

Le 28 mai dernier, le prix Artisan de la Fête nationale pour le Bas-Saint-Laurent était remis à madame Aline Deland, de la Société Saint-Jean-Baptiste du Bic. Sur la photo, de gauche à droite, Alain Martineau, président de la SNEQ, Aline Deland, récipiendaire du prix Artisan et madame Chantale Trottier, président du MNQ.

Depuis 1984, madame Aline Deland est le cœur de l’organisation de la Fête nationale du Bic. Elle en est le cœur et l’âme aussi ! En plus d’être une travailleuse rigoureuse et une «recruteuse» de bénévole hors pair, Aline est aussi une source de motivation pour toutes les personnes qui concourent au succès de la Fête. Engagée tant au niveau de l’organisation qu’au niveau du jury de sélection des projets locaux au Bas-Saint-Laurent, madame Deland, de par sa constance et son énergie, a toujours su saisir et transmettre l’importance de l’attachement au Québec et à sa culture. Sa grande disponibilité et le soutien qu’elle peut apporter aux autres organisations sont méritoires. Aline est vraiment  une artisane de la Fête nationale du Québec. Bravo et merci !

41e Assemblée générale annuelle de la Société nationale de l’Est du Québec

Rimouski, le 5 juin 2012. La Société nationale de l’Est du Québec (SNEQ) a tenu sa 41e assemblée générale annuelle le samedi 26 mai dernier. Au cours de cette activité, la Société, en plus de faire état des activités de l’année 2011-2012 et d’élire son conseil d’administration, a profité de ses assisses annuelles pour procéder à la remise des Prix reconnaissance de la SNEQ. Ce prix a été créé pour reconnaître l’apport exceptionnel de personnes bénévoles au sein d’une société d’action nationale ou Saint-Jean-Baptiste du territoire du Bas-Saint-Laurent. Ce prix, remis chaque année à une femme et à un homme, veut souligner l’implication remarquable et les réalisations soutenues au développement du milieu et à la réalisation d’une Fête nationale du Québec dans sa municipalité. Le prix peut aussi souligner de manière tangible le nombre d’années d’implication. La sélection des récipiendaires se fait au mérite global du dossier de candidature.

Pour l’année d’opération 2011-2012, les prix reconnaissance ont été remis à Madame Jeannine A. Plourde de Saint-Cyprien et à Monsieur Jules-Henri D’Auteuil de Cabano.

PRix reconnaissance de la SNEQ 2012

Prix reconnaissance de la SNEQ 2012

Alain Martineau, président de la SNEQ et Jeannine A. Plourde, récipiendaire du prix reconnaisance Alain Martineau, président de la SNEQ et Jules-Henri D’Auteuil, récipiendaire du prix reconnaissance

D’autre part, deux nouveaux membres, représentant la MRC de Matane et la MRC du Kamouraska se sont joints à l’équipe du CA de la Société. Il s’agit de monsieur André Morin, représentant le secteur de Matane et de monsieur Noël Thériault, représentant le secteur du Kamouraska. Ces deux personnes s’ajoutent à l’équipe en place et accroissent ainsi le rayonnement de la SNEQ.

Plus que jamais, la SNEQ poursuivra son action de promotion et de protection de la langue française, de l’histoire nationale et de la valorisation de l’identité québécoise. De plus, la SNEQ interviendra activement dans le processus de consultation permis par les États généraux sur la souveraineté du Québec. L’équipe du conseil d’administration entend continuer avec enthousiasme son engagement envers la mission de la SNEQ tout en poursuivant son travail d’administrateur et de mandataire de la Fête nationale du Québec dans la région administrative 01.

Avant de clore l’assemblée, les membres ont pu apprécier la conférence de monsieur Robert Laplante, directeur de la revue l’Action nationale et de l’Institut de recherche en économie contemporaine. Sa conférence portait sur le développement d’un réseau de monorail rapide à moteurs-roues (www.irec.net).

CA SNEQ 2012-2013

Sur la photo, les membres du CA 2012–2013 de la SNEQ. De gauche à droite :

1ère rangée :        Alexis Dupuis, administrateur et représentant jeunes; Alain Martineau, président, (MRC de Rimouski-Neigette); Marc-André Imbeault, secrétaire, (MRC de Matapédia); Jeanne Saint-Louis, trésorière (BSL); André Morin, administrateur (MRC de Matane)

2e rangée :          Robert Daigle, 1er vice-président (MRC des Basques); Gilles Gaudreault, 2e vice-président (MRC de Rivière-du-Loup); Lucien Cimon, administrateur (BSL); Noël Thériault, administrateur (MRC du Kamouraska) et Armor Dufour, administrateur (MRC du Témiscouata).

-30-

La SNEQ appuie le mouvement étudiant dont le véritable combat est l’accès à l’éducation pour tous et toutes.

Rimouski, le 13 avril 2012. – La Société nationale de l’Est du Québec appuie les étudiants et les étudiantes dans leur lutte pour le gel des frais de scolarité et souhaite que le gouvernement appuie le principe d’accès à l’éducation post-secondaire au plus grand nombre possible de personnes.

La SNEQ demande que toutes les décisions, qui sont prises par les gouvernements québécois actuel et futur, soient imprégnées de ce principe fondamental, un des principes qui définit la société québécoise.

Le président de la SNEQ, Alain Martineau ajoute : «Les débats de société à ce sujet ont déjà été faits. S’il faut en débattre davantage; qu’un lieu de débat soit instauré et que le peuple québécois y soit convié rapidement, bien avant que des augmentations soient imposées. De plus, une augmentation des frais de scolarité est une entrave grave et une injustice manifeste pour tous les étudiants et étudiantes des régions qui doivent faire face à une hausse croissante des frais de subsistance loin de leur lieu de résidence permanente.»

La SNEQ est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de faire la promotion de la langue française, de l’histoire nationale et de la valorisation de l’identité québécois.

Programme d’assistance financière aux manifestations locales de la Fête nationale 2012

Rimouski, le 1er mars 2012 – La Société nationale de l’Est du Québec (SNEQ) invite les organismes du Bas-Saint-Laurent qui aimeraient mettre sur pied des activités dans le cadre de la 178e édition de la Fête nationale du Québec à déposer un projet par le biais du Programme d’assistance financière aux manifestations locales.

Le Programme d’assistance financière, soutenu par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et administré par le Mouvement national des Québécoises et Québécois, vise à favoriser l’organisation de manifestations et de réjouissances qui suscitent la participation des Québécoises et des Québécois à la Fête nationale.

« Nous sommes très fiers de la participation des gens de notre région, — En 2011, 67 projets ont été réalisés sur le territoire — et, une fois de plus, nous comptons sur eux pour présenter des projets de qualité qui plairont aux Québécoises et aux Québécois. Ces projets nous permettent de célébrer collectivement notre fierté d’être ce que nous sommes ! », ajoute Alain Martineau, président de la SNEQ.

Les organismes ou municipalités qui désirent se prévaloir de ce programme ont jusqu’au 6 avril 2012 pour présenter une demande. Les formulaires sont disponibles dès maintenant auprès du mandataire régional et sur www.fetenationale.info.

La Société nationale de l’Est du Québec, agit à titre de mandataire de la Fête nationale du Québec pour le Bas-Saint-Laurent. À ce titre, elle représente le Mouvement national des Québécoises et Québécois qui coordonne depuis 1984 la Fête nationale au nom du gouvernement du Québec.

La SNEQ demande à la population de se mobiliser contre l’implantation de l’enseignement intensif de l’anglais, durant la moitié de l’année scolaire, en sixième année du primaire

Rimouski, le 13 février 2012. – La Société nationale de l’Est du Québec s’élève contre  la mise en œuvre de l’enseignement intensif de l’anglais, langue seconde, en sixième année du primaire, dans toutes les écoles francophones du Québec.

La SNEQ croit que, en plus d’être un frein à la réussite souhaitable de tous les élèves et de constituer une diminution réelle du temps d’enseignement des autres matières, cette stratégie attaque sournoisement les efforts d’amélioration de la langue française, et sa protection. De plus, elle creuse davantage l’écart entre les élèves en difficultés d’apprentissage et les autres.

Comment protéger la langue française si la ministre de l’éducation du Québec clame  sur tous les toits, et à force de mesures improvisées, que l’évolution et la prospérité du Québec ne peuvent se concrétiser qu’en anglais.  Protégeons la langue française au Québec, porteuse de notre identité et de notre culture, mais parlons une autre langue dans la vie de tous les jours, semble dire la ministre à coup de sondages qui ne révèlent rien de plus que le souci des parents face à l’apprentissage d’une langue seconde. Tous les parents sont heureux que leurs enfants s’ouvrent au monde et se familiarisent avec d’autres langues. Cependant, les parents ne sont-ils pas davantage heureux que leurs enfants possèdent une culture et une identité qui les différencient du reste du monde?

Au Québec la langue de la majorité est le français. Il faut se battre pour qu’elle demeure vive et qu’elle continue d’exprimer, avec toutes ses nuances et sa richesse, ce que sont les Québécoises et les Québécois. Admettre l’apprentissage intensif d’une langue seconde au détriment de l’apprentissage de la langue française à l’école, n’est-ce pas prétendre que la langue nationale du Québec n’est plus le français ?

La Société nationale de l’Est du Québec demande aux citoyens, aux parents, aux organismes, aux entreprises, aux enseignants, à la société civile de dire non à la mise en œuvre de l’enseignement intensif de l’anglais dans toutes les écoles primaires francophones du Québec et les invite à se regrouper, à manifester, à écrire au Premier ministre et à sa ministre pour l’exprimer fermement.

La Société nationale de l’Est du Québec dévoile le nom des classes gagnantes des concours de français Des mots d’hier… à aujourd’hui et Contes et légendes d’hier… à aujourd’hui

Rimouski, le 30 janvier 2012 – La Société nationale de l’Est du Québec est heureuse de faire connaître le nom des classes gagnantes de ses concours de français. Ces concours s’adressent aux élèves des 2e et 3e cycles des écoles primaires du Bas-Saint-Laurent. Cette année, soixante classes, réunissant 1 100 élèves du primaire, ont participé. Six classes se sont méritées une série de livres d’auteurs québécois et quatre ont reçu une bourse de 150 $ à être utilisée pour la réalisation d’une activité culturelle.

Le concours Des mots d’hier… à aujourd’hui est conçu pour le 2e cycle du primaire et a pour objectif de faire découvrir aux jeunes élèves l’évolution de la langue française au Québec  à partir d’extraits de notre littérature régionale.

Le concours Contes et légendes… d’hier à aujourd’hui, s’adresse, pour sa part, aux élèves de 3e cycle du primaire et consiste à réaliser une fiche de lecture à partir de textes de trois auteurs de notre région.

Les classes gagnantes et les enseignantes  sont :

    Marie-Stella Gagné, de l’école Saint-Eusèbe, de Saint-Eusèbe;
    Julie Lepage, de l’école Marie-Élisabeth, de Saint-Gabriel-de-Rimouski;
    Karine-Valérie Dumais, de l’école L’Écho-des-Montagnes, de St-Fabien;
    Julie Nadeau, de l’école des Vieux-Moulins, de Saint-Hubert;
    Johanne Deschênes, de l’école Sainte-Félicité, de Sainte-Félicité;
    Natacha Blanchet, de l’école Les Moussaillons, de Saint-Honoré.
    Louise Guy, de l’école Vents et Marées, de Cacouna;
    Mélanie Gagnon, de l’école Sainte-Marie, de Sayabec;
    Nancy Dubé, de l’école Riou, de St-François-Xavier-de-Viger;
    Brenda Bossé, de l’école Notre-Dame-de-Grâces, de Rivière-Bleue.

Le président de la SNEQ, monsieur Alain Martineau, est heureux de l’engouement des jeunes du Bas-Saint-Laurent pour ces deux concours. «Plus de 1 000 jeunes du primaire se sont laissés inspirer par la littérature québécoise et régionale. Je remercie les enseignantes et les enseignants pour leur participation exceptionnelle. Pour la SNEQ, c’est un encouragement réel à poursuivre une de ses missions : la promotion et la défense de la langue française.»

Concours 64e anniversaire du Jour du drapeau du Québec

Le 25 janvier 2012, madame Julie Sirois, du journal Le Rimouskois, Le Progres-Écho, Le Saint-Laurent Portage et monsieur Alain Martineau, président de la SNEQ, ont procédé au tirage du concours commémorant le Jour du Drapeau du Québec.

Le sort a favorisé madame Rachel Beaulieu de La Pocatière et monsieur Benoît Lévesque-Beaulieu de Saint-Ulric.

Félicitations aux heureux gagnants qui se sont mérité un ensemble de produits de fierté nationale d’une valeur de 200 $ chacun.


26 06 2011 086
Merci à toutes les participantes et participants.

21 janvier 2012 – 64e anniversaire du drapeau du Québec

Rimouski, le 18 janvier 2012 – La Société nationale de l’Est du Québec (SNEQ), organisme qui œuvre à développer la fierté de la nation québécoise et à défendre les intérêts du peuple qui la compose, désire rappeler à la population du Bas-Saint-Laurent le 64e anniversaire du drapeau du Québec : pour la première fois, le 21 janvier 1948, à quinze heures, le Fleurdelisé flottait sur la tour centrale de l’édifice de l’Assemblée nationale du Québec.

Le jour du drapeau est une occasion pour les Québécoises et les Québécois de se rallier autour d’un emblème nécessaire à toute nation. Le Fleurdelisé nous permet de reconnaître l’originalité, la personnalité et le caractère distinct du Québec.

Rappelons aussi que la SNEQ est un organisme, indépendant des partis politiques, mandaté par le Mouvement national des Québécoises et des Québécois pour l’organisation de la Fête nationale du Québec.

Atlas référendaire du Bas-Saint-Laurent (1980 et 1995)

D’un référendum à l’autre sur la souveraineté, nous remarquons que chaque couche de l’électorat bas-laurentien s’est exprimée avec cohérence. C’est une page importante de notre histoire politique – un temps de grande mobilisation citoyenne – qui se trouve ici cartographiée. Nous nous appuyons en tout sur les Rapports des résultats officiels du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Finalement, nous ambitionnons que ce modeste document soit pour le public en général un prolongement de L’Atlas du Bas-Saint-Laurent (http://atlasbsl.uqar.qc.ca).

Bonne exploration !

Téléchargez l’Atlas référendaire

photo-caroline-2007Caroline St-Laurent, le 8 avril 2011

Formation : Propédeutique de doctorat en sociologie (UQAM)    2008

Maîtrise en histoire de type recherche  (Sherbrooke) 2006

Baccalauréat en histoire    (UQAR)   2003