Chroniques de la SNEQ (1 de 12)

La Société nationale de l’Est du Québec (SNEQ) est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de faire la promotion de la langue française, de l’histoire nationale, de la souveraineté du Québec et de la valorisation de l’identité québécoise.

La fierté d’appartenir au peuple Québécois est au cœur de ses actions. Les administrateurs de la SNEQ publieront mensuellement, à compter d’aujourd’hui, un texte d’opinion qui aura pour objectif premier de jeter un éclairage sur un aspect de la vie québécoise qui, selon nous, méritent de plus amples réflexions et peut-être de nouveaux débats. Voici le premier des 12 textes à paraître. Bonne lecture !

Le prix de l’indifférence

Comme organisme voué à la promotion de notre culture, il nous apparaît important de signaler une menace qui pèse sur notre avenir collectif. Ce danger,  c’est l’anglomanie galopante dont nous sommes presque tous atteints, qui fait que plusieurs sont prêts à tout sacrifier pour que leurs enfants puissent apprendre l’anglais, dès la maternelle, sans se soucier du fait qu’ils ne savent que baragouiner leur langue maternelle.

S’il est éminemment souhaitable que tout individu apprenne à se débrouiller en anglais, je ne crois pas qu’il serait intelligent d’exiger des Québécois qu’ils défraient les coûts de tout un système parallèle d’éducation pour répondre à des besoins individuels. Il ne l’est pas plus de les faire payer pour imposer des cours d’anglais intensif à des nouveaux arrivants qui ne savent pas le français. Faut-il le rappeler : au Québec, selon nos lois, la seule langue officielle, c’est le français.

On agit souvent comme si notre langue maternelle était un logiciel inerte; c’est pourtant elle qui est le cœur-même de notre identité; c’est elle qui nous donne une voix pour exprimer notre façon originale de vivre l’Amérique. Défendre le français, c’est protéger notre âme individuelle et collective qui charrie une vision du monde différente : celle que nous avons développée au cours des 450 ans de notre aventure sur ce territoire. 

«La disparition d’un peuple, c’est un crime contre l’humanité, car c’est la priver d’un élément qui la différencie d’elle-même» (Miron). On oublie que la mort d’un peuple, c’est lent, long et douloureux. Et c’est toujours possible! Voudrions-nous que nos petits enfants aient un jour à mener les combats désespérants que mènent aujourd’hui les peuples autochtones et les minorités françaises de la Louisiane ou celles des autres provinces canadiennes? Voudrions-nous que les Miron, Perrault, Dumont, Beaulieu, Vigneault, Leclerc, Garneau, Nelligan et tous nos grands artistes aient vécu pour rien?

Notre paresse et notre indifférence actuelles risquent de rendre tout ce patrimoine illisible; elles risquent de faire de nos générations de pittoresques mais pitoyables artéfacts d’une histoire avortée.

Lucien Cimon, administrateur de la Société nationale de l’Est du Québec

Pour commenter ou émettre un avis : sneq@globetrotter.net.

Publiée dans le Courrier du Fleuve et le Saint-Laurent-Portage, le mercredi 15 mai 2013

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME D’ASSISTANCE FINANCIÈRE AUX MANIFESTATIONS LOCALES DE LA FÊTE NATIONALE 2013

Rimouski, le 4 mars 2013 – La Société nationale de l’Est du Québec invite les organismes du Bas-Saint-Laurent qui aimeraient mettre sur pied des activités dans le cadre de l’édition 2013 de la Fête nationale du Québec à soumettre un projet par le biais du Programme d’assistance financière aux manifestations locales.

Le Programme d’assistance financière, soutenu par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et administré par le Mouvement national des Québécoises et Québécois, vise à favoriser l’organisation de manifestations et de réjouissances qui suscitent la participation des Québécoises et des Québécois à la Fête nationale. « Nous sommes très fiers de la participation des gens de notre région.  Lors de la dernière édition, 70 manifestations festives ont eu lieu au BSL. Une fois de plus, nous comptons sur eux pour présenter des projets originaux et de qualité qui plairont à la population. Ces projets représentent une occasion privilégiée pour célébrer collectivement notre fierté nationale ! », ajoute le président de la SNEQ, Alain Martineau.

Les organismes ou municipalités qui désirent se prévaloir de ce programme ont jusqu’au 5 avril 2013 pour présenter une demande. Les formulaires sont disponibles dès maintenant auprès de la SNEQ et sur le www.fetenationale.info.

La Société nationale de l’Est du Québec agit à titre de mandataire de la Fête nationale du Québec pour le Bas-Saint-Laurent. À ce titre, elle représente le Mouvement national des Québécoises et Québécois qui coordonne depuis 1984 la Fête nationale au nom du gouvernement du Québec.

Concours Jour du drapeau du Québec

Rimouski, le 29 janvier 2013. La Société nationale de l’Est du Québec vous informe que le tirage au sort organisé en collaboration avec QUÉBÉCOR Média pour souligner le 65e anniversaire du drapeau du Québec a été effectué aujourd’hui en présence du président de la SNEQ, monsieur Alain Martineau et de madame Julie Sirois, conseillère publicitaire pour QUÉBÉCOR Média.

Les heureux gagnants sont monsieur Sylvain Roy, de Saint-Angèle-de-Mérici et monsieur Ghislain Émond de Saint-Philippe-de-Néri. Félicitations aux gagnants qui se sont mérités chacun un ensemble de matériel de fierté nationale aux couleurs du fleurdelisé d’une valeur de 150 $.

 

La Société nationale de l’Est du Québec dévoile le nom des classes gagnantes des concours de français Des mots d’hier… à aujourd’hui et Contes et légendes d’hier… à aujourd’hui

Rimouski, le 22 janvier 2013 – La Société nationale de l’Est du Québec est heureuse de faire connaître le nom des classes gagnantes de ses concours de français. Ces deux concours s’adressent aux élèves des 2e et 3e cycles des écoles primaires du Bas-Saint-Laurent. Cette année, 85 classes, réunissant 1 455 élèves du primaire, ont participé. Six classes se sont méritées une série de livres d’auteurs québécois et quatre ont reçu une bourse de 150 $ à être utilisée pour la réalisation d’une activité culturelle.

Le concours Des mots d’hier… à aujourd’hui est conçu pour le 2e cycle du primaire et a pour objectif de faire découvrir aux jeunes élèves l’évolution de la langue française au Québec à partir d’extraits de notre littérature régionale. 

Le concours Contes et légendes… d’hier à aujourd’hui, s’adresse, pour sa part, aux élèves du 3e cycle du primaire et consiste à réaliser une fiche de lecture à partir de textes de trois auteurs de notre région.

Les classes gagnantes sont :

De la Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du Loup

  • La classe de Louise Guy, de l’École Vents-et-Marées de Cacouna
  • La classe de Caroline Dubé, de l’École Joly de Rivière-du-Loup
  • La classe de Geneviève Rioux, de l’École La Chanterelle de Saint-Paul-de-la-Croix
  • La classe de Katya Ouellet, de l’École Joly de Rivière-du-Loup

De la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs

  • La classe de Diane Bouchard, de l’École Notre-Dame de Témiscouata-sur-le Lac
  • La classe de Véronique Malenfant, de l’École Sainte-Marie de Saint-Jean-de-Dieu

De la Commission scolaire des Monts-et-Marées

  • La classe de France Charrette, de l’École Assomption de Baie-des-Sables
  • La classe de Josée Dechamplain, de l’École Zénon-Soucy de Matane

De la Commission scolaire des Phares

  • La classe de Stéphanie Reid, de l’École Aquarelle de Rimouski
  • La classe de Claudie Talbot, de l’École des Sources de Saint-Anaclet

Le président de la SNEQ, monsieur Alain Martineau, est heureux de l’engouement des jeunes du Bas-Saint-Laurent pour ces deux concours. «Cette année, c’est près de 1 500 jeunes du primaire qui se sont laissés inspirer par la littérature québécoise et régionale. Je remercie les enseignantes et les enseignants pour leur participation exceptionnelle. Pour la SNEQ, c’est un encouragement réel à poursuivre une de ses missions : la promotion et la défense de la langue française.»

21 janvier 2013 – 65e anniversaire du drapeau du Québec

Rimouski, le 15 janvier 2013 – La Société nationale de l’Est du Québec (SNEQ), organisme qui œuvre à développer la fierté de la nation québécoise et à défendre les intérêts du peuple qui la compose, désire rappeler à la population du Bas-Saint-Laurent le 65e anniversaire du drapeau du Québec : pour la première fois, le 21 janvier 1948, à quinze heures, le Fleurdelisé flottait sur la tour centrale de l’édifice de l’Assemblée nationale du Québec.  

La SNEQ rappelle également que : «Le drapeau témoigne de l’identité culturelle des individus et, par le fait même, il est au cœur du patrimoine symbolique des nations. Depuis son adoption en 1948, le fleurdelisé est un symbole fort de l’identité québécoise».1

Le jour du drapeau est une occasion pour les Québécoises et les Québécois de se rallier autour d’un emblème nécessaire à toute nation. Le Fleurdelisé nous permet de reconnaître l’originalité, la personnalité et le caractère distinct du Québec.

Avec la collaboration du gouvernement du Québec, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois a également mis à la disposition du public le site www.jourdudrapeau.qc.ca qui présente de l’information pertinente sur l’histoire de notre drapeau, les emblèmes du Québec, de même que l’ensemble de la programmation des activités qui sont organisées dans toutes les régions du Québec. De plus, une trousse pédagogique destinée aux élèves du primaire et du secondaire et une affiche ont été créées tout spécialement à l’occasion du jour du Drapeau. Les enseignants qui souhaiteront l’utiliser trouveront l’ensemble des documents sur ce site, sous l’onglet Éducation.

La SNEQ est aussi un organisme indépendant des partis politiques, mandaté par le Mouvement national des Québécoises et des Québécois pour l’organisation de la Fête nationale du Québec.

 

  1. Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française